EN BREF

fermeture de l'accueil
du samedi 15 avril 
au lundi 24 avril

réouverture de l'accueil
du mardi 25 avril
au vendredi 28 avril
de 14 h à 18 h

EN BREF

Édito

« Et tout ça, c’est la faute de la liberté ! » tempête Lunardo dans l’efficace et diabolique comédie de Goldoni, Les Rustres, à l’adresse de ses pairs, qui comme lui refusent à leurs femmes le droit de quitter la maison pour goûter aux joies du carnaval !

Si la réplique a le don irrépressible de faire rire tant ces pauvres hères voient, impuissants, la rébellion de leurs épouses leur échapper, comment ne pas saluer l’acuité de cette pièce écrite au cœur du XVIIIe siècle. Mais comment ne pas penser que l’Histoire a de sérieux bégaiements lorsque 250 ans plus tard, en 1949, Simone de Beauvoir devra réaffirmer avec force que « le deuxième sexe » a autant de droits que celui dit « fort ». Quant à certains débats du moment, le vertige nous prend !

S’il faut vingt fois sur le métier remettre notre ouvrage, comme le préconisait Boileau, alors réaffirmons sans relâche que nos Maisons ont pour objectif et mission de cultiver la liberté – de pensée, de conscience, d’expression – sans exclusive, ni entrave, autres que la volonté constante de réunir avant d’afficher ce qui divise, par le moyen du texte, de la danse, de la musique ou de la voix. Sur le mode sérieux ou par celui du rire, de la réflexion ou de l’irrévérence, par le corps comme par l’esprit.

Le Théâtre, en ce sens, comme lieu d’interrogation, de doute ou de trouble, au rebours des certitudes mortifères ou des convictions sans retour, est un espace-temps plus que jamais essentiel à l’exercice partagé d’une liberté au service d’une raison qui éclaire, du sentiment qui émeut, d’un savoir critique et d’un plaisir nécessaire.

Toutes choses, il est vrai, dont il faut avoir envie.

Gérard Lefèvre
Directeur